Le marathon de Boston : Quand les femmes courraient après l’égalité

“D’un marathon on tire tellement d’enseignements. J’ai vite recouvré mon énergie et cet épisode m’a à la fois radicalisée et inspirée pour me battre pour les femmes dans le running”

Kathrine Switzer

Le marathon est une épreuve sportive individuelle de course à pieds qui se déroule sur une distance de 42,195 km. Créée lors des Jeux Olympiques d’Athènes en 1896, le marathon commémore la légende du messager grec Philippidès qui aurait parcouru la distance de Marathon à Athènes pour annoncer la victoire des Perses en 490 av. J-C.

Le marathon de Boston, crée en 1867, est le plus ancien des marathons annuels et attire chaque année plus de 500.000 spectateurs. Il s’agit toutefois d’une épreuve réservée aux hommes jusqu’en 1972, les femmes n’étant autorisées à participer qu’à des courses de moins de 1.500 m. Ce n’est qu’en 1966 qu’une femme participe au marathon de Boston: Roberta Gibb et elle est la première femme à terminer l’épreuve.

Roberta Gibb, ou de son surnom Bobbi Gibb, s’entraîne 2 ans pour courir le marathon de Boston. En réponse à sa demande de participation, elle reçoit un refus catégorique du directeur de course Will Clooney estimant que : « les femmes ne sont pas physiologiquement capables de courir des distances de marathon et qu’en vertu de ces règles édictées par l’Amateur Athletic Union (AAU), elles ne sont pas autorisées à courir plus d’un mile et demi en compétition »

A cette époque, on se réfugie derrière des croyances sociétales selon lesquelles le running masculiniserait les femmes : trop sportives, elles risqueraient de se retrouver avec de grosses jambes, une poitrine velue, voir leur utérus se décrocher pendant une course ou encore devenir infertile.

Roberta Gibb décide cependant de participer au marathon en se cachant dans les buissons au moment du départ, elle termine la course en 3h 21 devant les deux tiers des coureurs.

Une autre femme du nom de Kathrine Switzer fait aussi partie de la génération de pionnières qui ont révolutionné la course au féminin. Amatrice de course, elle s’entraîne au cross-country à l’université et entend parler de Roberta Gibb. Elle décide de s’inscrire au marathon de Boston et en parle à son entraîneur Arnie Briggs.

« Arnie m’a dit qu’aucune femme ne pouvait courir le marathon de Boston. Je lui ai alors parlé de Bobbi Gibb, dont j’avais lu l’histoire dans les journaux, mais il ne pouvait pas le croire. Il m’a cependant dit que si je pouvais courir la distance à l’entraînement, il m’aiderait à m’inscrire au marathon de Boston, pourvu que cela soit fait dans les règles. ».

Lors de son inscription, elle camoufle son nom pour cacher qu’elle est une femme. Mais pendant la course, elle assume totalement sa féminité en étant maquillée, ses cheveux lâchés retenus par un serre-tête. L’un des coureurs tente de lui arracher son dossard : « Sors de ma course et donne moi ton numéro ! » Il persiste et agrippe son haut en continuant de la menacer. Elle est aidée par son petit-ami Thomas Miller qui participait aussi à l’événement. Kathrine Switzer termine la course en 4h 20 et devient la première femme à finir le marathon de Boston avec un dossard officiel. Elle est toutefois disqualifiée par la direction de la course et suspendue par l’AAU.

Depuis 1967, elle travaille pour donner aux femmes le droit et l’opportunité de courir et milite pour que l’association d’athlétisme de Boston permette aux femmes de participer au marathon. Il est enfin ouvert aux deux sexes en 1972 et le premier marathon féminin olympique a lieu en 1984 à Los Angeles.

Kathrine Switzer remporte le marathon de New York en 1974 en 3h07 et 3 ans plus tard à sa retraite, elle décide d’entamer une carrière d’organisatrice de marathons internationaux réservés aux femmes.

« J’ai gagné le marathon de New York et mené le combat pour que les femmes soient officiellement acceptées dans les marathons. J’ai aussi ouvert les portes des Jeux Olympiques en organisant une série de courses partout dans le monde… pour donner aux femmes la chance de pouvoir courir. »

Roberta Gibb en 1966
Kathrine Switzer en 1967

Tanya Vasilev, membre du pôle Arts et culture de l’ADHS

Sources:

  • “Quand les femmes n’avaient pas le droit de courir” par Olivier Paradis-Lemieux
  • “Il était une femme:Kathrine Switzer, la première femme à courir
    officiellement le marathon de Boston, en 1967 !” par Albert Algoud
  • ” Les pionnières du marathon : Kathrine Switzer et Bobbi Gibb” par
    Guillaume Battin

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s