Les Ouïgours: une population persécutée en Chine et à l’étranger

L’Association des Droits de l’Homme de la Sorbonne (ADHS) a le plaisir de vous inviter le mercredi 28 novembre pour une conférence sur la persécution des Ouïgours en Chine.

L’image contient peut-être : 14 personnes, texte

Lorsque nous pensons à la Chine, nous avons peut être trop tendance à considérer la partie la plus orientale de celle-ci. Sa côte Est ponctuée par ses villes emblématiques, Shanghai et Beijing, les tensions en mer méridionale de Chine, le conflit de souveraineté toujours d’actualité avec Taïwan, ou encore les questions relatives à « l’autonomie » de la puissante capitale financière que représente Hong-Kong.

De ce fait nous oublions pour la plupart de considérer l’immense espace occupé par la moitié occidentale de la Chine. Pourtant aujourd’hui plus que jamais la situation dans le Nord-Ouest de la Chine, dans la région du Xinjiang doit nous alarmer et nous impose de réagir.

En effet depuis les années 1990, la surveillance par les autorités chinoises de la population vivant dans la région du Xinjiang n’a cessé de croître. Cependant coup sur coup, celle-ci s’est accentuée, accompagnée d’une répression violente de tout mouvement contestataire, sous couvert de lutte contre l’extrémisme religieux et le terrorisme.

Le 9 septembre dernier, l’ONG Human Rights Watch publiait un rapport dénonçant cette répression, précisant que celle-ci s’est particulièrement accentuée depuis 2014 puis de nouveau fin 2016 lorsque que Chen Quanguo, secrétaire du Parti communiste, quitta la direction de la région autonome du Tibet pour prendre la tête de la région du Xinjiang.

Aujourd’hui, il est estimé qu’au moins un million d’Ouïgours sont internés dans des « camps de rééducation » à la suite d’arrestation arbitraire. Endoctrinent politique, insultes verbales, privation de nourriture, détention à l’isolement, coups, recours à des entraves et maintien dans des positions douloureuses, sont le quotidien des détenus.

La persécution des Ouïgours ne se limite pas non plus aux frontières du Xinjiang. La Chine, puissance internationale, poursuit ses ressortissants au-delà de ses frontières. Elle agit parfois en collaborant avec les autorités étrangères, parfois à leur insu, y compris à l’encontre de ceux ayant pu prendre la nationalité de leur pays d’accueil.

Ainsi en juillet 2017, autour de 150 Ouïgours (dont des étudiants) qui vivaient dans la périphérie du Caire ont été arrêté et incarcéré par les autorités égyptiennes. Depuis il est difficile de savoir s’ils ont été déportés en Chine ou sont toujours détenus en prison.

En Europe enfin, des témoignages font état de pressions constantes à l’encontre des personnes issues de la diaspora Ouïgour. Des agents chinois les contactent et menacent leurs proches résidant encore en Chine s’ils refusent de leur livrer des informations personnelles extrêmement détaillées ou encore de rentrer en Chine.

Nous vous attendons donc nombreux afin de mieux comprendre les enjeux de cette violente répression dont est responsable le gouvernement Chinois.

————————————————
Où ? Centre Sorbonne, Amphithéâtre Bachelard
Quand ? Mercredi 28 novembre
Quelle heure ? 20H

Advertisements