Les métiers des droits de l’Homme

Vous avez envie d’avoir un impact sur le monde, mais vous ne savez pas par où commencer ? Voilà une opportunité pour vous de découvrir les métiers des droits de l’Homme.

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes assises et texte

Cette conférence a pour but de comprendre quelles sont les différentes formes d’engagement possible au cours de votre vie professionnelle, afin de défendre les droits de la personne humaine. Que cet engagement soit un engagement professionnel à plein temps en exerçant des métiers spécialisés, un engagement bénévole en parallèle d’une autre activité professionnelle, ou encore un engagement régulier par la pratique d’une activité “pro bono” pour les métiers le permettant.

Nous réunirons à cette occasion différents profils (plaidoyer, défense juridique, action humanitaire, membre opérationnel d’organisation international ou non gouvernementale etc.), les noms et portraits des intervenant.e.s vous seront bientôt présentés sur cette page.

L’Association des Droits de l’Homme de la Sorbonne a donc le plaisir de vous inviter le vendredi 17 mai, à 18h30, dans l’amphithéâtre Oury-Gestion du centre Sorbonne pour cette dernière conférence de l’année.

Présentation des intervenant.e.s :

  • Miguel d’ARCANGUES.

L’image contient peut-être : 1 personne, plein air

Ingénieur océanographe de formation avec un Msc (master of science) en Offshore technologies (2003), Monsieur Miguel d’ARCANGUES est aujourd’hui Directeur des Opérations Adjoint aux Programmes pour l’ONG humanitaire Solidarités International.

Il a donc travaillé pendant 8 ans dans le parapétrolier (spécialisé dans les technologies sous-marines de grande profondeur) entre la France, la Norvège, le Congo, l’Angola, L’Espagne et l’Italie avant de rejoindre Solidarités International pour entrer dans l’humanitaire en 2011.

D’abord Responsable de Projet Eau Hygiène et Assainissement au Sud Soudan, Miguel d’Arcangues occupe différent postes de terrain, Responsable de Projet Abris, Coordinateur Technique, Coordinateur Programmes, Coordinateur Terrain, Adjoint Directeur Pays, dans les pays suivants : Sud Soudan, Liban, R.D.Congo et Irak.

Désormais Adjoint Directeur des Opérations aux Programmes, il travaille au siège de Solidarités International.

Enfin il a également vécu une expérience humanitaire hors Solidarités International, dans une seconde ONG, Première Urgence Internationale, 2017-2018.

Ces expériences nous seront précieuses pour comprendre davantage le monde de l’humanitaire.

  • Carlos ARBELAEZ

L’image contient peut-être : 1 personne, barbe, gros plan et plein air

Juriste et chercheur, Monsieur Carlos ARBELAEZ a étudié le conflit armée colombien, notamment sur les thématiques des déplacés internes, jusqu’au moment où il partit en exil en France en 2011. Il reprit alors des études de Droit et Sciences Politiques à la Sorbonne entre 2012 et 2016 et fut au même moment Président de l’association Singa France (2015 – 2016) et travaillait au sein du cabinet d’avocat SEFJ à Paris (2015-2016).

En 2016, il co-fonde Espero, une association qui propose aux demandeurs d’asile et réfugié.e.s des formations et des parcours d’insertion professionnelle autour de trois secteurs d’activité: apiculture, permaculture et compostage.

Enfin, il intégra Sciences Po Paris en 2016 pour y suivre le « Master in International Security » sur deux ans et commence en 2017 à travailler à l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR France) jusqu’en 2019. Il était alors en charge de missions de communication et plaidoyer.

Ces expériences académiques et professionnelles portent donc principalement sur l’intégration des personnes réfugiées.

  • Sandrine REVERSAT

Titulaire d’une maîtrise en droit international et européen, elle est également diplômée de l’INALCO en chinois et laotien. Sa formation achevée, elle réalise un stage au sein de la représentation permanente de la France auprès de l’Office des Nations Unies et des Organisations Internationales à Vienne. Cette première expérience renforce sa volonté de travailler pour la fonction publique tout en conservant un élément d’extranéité.

Elle est ainsi recrutée par la Division Asie de l’OFPRA (Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides) où elle exerça les fonctions d’officier de protection instructeur pendant 6 ans. Elle est ensuite mise à  disposition du Bureau Européen d’Appui en matière d’Asile (le BEAA également connu sous l’acronyme anglais EASO).

Enfin, elle travaille désormais au sein du Secretariat général des affaires européennes (SGAE) en tant que conseillère-négociatrice en charge notamment de la dimension extérieure des migrations. Concernant le SGAE, il s’agit d’un service du Premier Ministre, garant de la cohérence et de l’unité de la position française au sein de l’Union Européenne.

Ce dernier profil nous permettra donc d’apprécier le point de vue de l’administration publique, complétant les points de vue adoptés par les intervenants précédents.

Advertisements