Les femmes SDF : les oubliées de la rue

L’Association des Droits de l’Homme de la Sorbonne a le plaisir de vous inviter jeudi 4 avril à la conférence “les femmes SDF : les oubliées de la rue”.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, chapeau, texte et plein air

Aujourd’hui les représentations associées aux sans-abris sont pour l’essentiel concentrées sur l’expérience des hommes : cela se retrouve tant dans les recherches, les médias mais aussi dans les discours des intervenants sociaux. Cependant les acteurs de terrain, associatifs notamment, mettent en avant différentes évolutions des personnes vivant dans la rue : on parle de plus en plus féminisation, de familialisation ou encore de rajeunissement. Ainsi, de nouvelles figures émergent et notamment celle des femmes.

Souvent qualifiées de “femmes invisibles” par les médias, les femmes SDF constituent pourtant 40 % des sans-abris selon l’INSEE. Qui sont ces femmes à la rue, marginalisées par la société ? Quelles difficultés affrontent-elles au quotidien ?

Plus vulnérables que des hommes, ces femmes sans-abris sont exposées aux nombreux risques et dangers de la rue. De plus, elles sont confrontées à des problématiques particulières telles que les violences de genre (violences conjugales, violences sexuelles et sexistes, physiques ou psychologiques), ou encore la précarité au niveau des protections périodiques.

Que ce soit des femmes sans abris, en errance, ou victime de violences et n’ayant de ce fait plus de possibilité d’hébergement, l’augmentation du nombre de femmes à la rue fait apparaître de nouveaux enjeux au niveau des politiques sociales : aide à la régularisation des situations, mode de garde lorsqu’elles sont en famille, prise en compte des violences de genre. Dans le but de soutenir ces femmes, de nouvelles structures d’accueil, d’aide et de soutien adaptées aux femmes doivent impérativement être mises en place.

Pour nous éclairer sur toutes ces problématiques, nous accueillerons des intervenants de plusieurs milieux d’expertise, notamment du milieu associatif, médical et politique.

Aussi, lors de nos maraudes, nous avons pu remarquer concrètement ce manque de protections hygiéniques auquel les femmes sans-abri devait faire face au quotidien ; c’est pourquoi à l’occasion de cette conférence, nous organisons une collecte de serviettes hygiéniques afin pouvoir les redistribuer lors de nos maraudes. N’hésitez pas à nous apporter vos dons à l’issue de la conférence.

 

Présentation des intervenantes :

  • Marie Lazzaroni.

Chargée de mission Projets Femmes au SAMU social de Paris, Marie Lazzaroni fait le lien entre les différents services et dispositifs du Samu social de Paris afin d’harmoniser la prise en charge des femmes sans-abri. Il s’agit en effet de mettre en place un accueil spécifique pour ce public, et de développer des partenariats afin de répondre aux problématiques rencontrées par ces femmes.

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, arbre, plein air et gros plan

  • Cécile Vuillermoz

Chercheure post-doctorante en épidémiologie sociale au sein de l’équipe de recherche de l’Institut Pierre Louis d’épidémiologie et de Santé Publique (Unité Inserm- Sorbonne Université). Son sujet de recherche porte sur l’impact psycho-traumatique des attentats de Janvier 2015 en Île-de-France sur les personnes impliquées (victimes, proches, témoins). Elle a réalisé sa thèse sur les conditions de vie et de santé, et le recours aux soins des familles sans logement personnel en Île-de-France (codirigée par Pierre Chauvin et Stéphanie Vandentorren et soutenue le 5 juillet 2017). Avant de débuter sa thèse (en 2012/2013), elle a travaillé en tant qu’ingénieur d’étude au CépiDc-Inserm sur la mortalité des personnes sans domicile.

L’image contient peut-être : 1 personne, gros plan et intérieur

Advertisements