Les enjeux de l’accueil des mineurs isolés étrangers

L’Association des Droits de l’Homme de la Sorbonne (ADHS) a le plaisir de vous inviter le mercredi 24 octobre, pour une conférence sur la situation des Mineurs Isolés Etrangers (MIE) et les enjeux de leur accueil.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout, plein air et texte

L’Association des Droits de l’Homme de la Sorbonne (ADHS) a le plaisir de vous inviter le mercredi 24 octobre, pour une conférence sur la situation des Mineurs Isolés Etrangers (MIE) et les enjeux de leur accueil.

En 2015, presque un tiers (27%) des migrants arrivés en Europe, était des enfants et nombre d’entre eux n’étaient pas accompagnés. Une fois en France, à la différence des adultes, l’enjeu pour eux n’est pas tant de démontrer leur droit au statut de réfugié que de justifier de leur minorité. Les enfants sont en théorie pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance – un service dépendant des départements – dès la reconnaissance de leur minorité.

Cette prise en charge et mise à l’abri qui devrait être systématique répond de manière évidente à la vulnérabilité qu’est celle d’un enfant sans protection. Le respect des droits des enfants et leur prise en charge, complexe, doit porter une attention particulière à l’accompagnement médical et psychologique afin de permettre la résilience et la reconstruction de personnalités alors sans repères.

L’accueil des Mineurs Isolés Etrangers (MIE) ou autrement appelés les Mineurs Non Accompagnés (MNA) est encore au centre de nos préoccupations en raison de la défaillance actuelle des pouvoirs publics à l’assurer dignement.

Alors que le nombre de mineurs confiés aux départements semble avoir dépassé 25 000 enfants, ces mêmes départements dénoncent un manque de moyens et des structures d’accueil saturées. Dans le même temps, des associations à l’instar de GISTI, l’ANAFE, l’ADJIE ou Médecins sans Frontières nous alertent sur la situation de trop nombreux mineurs laissés à la rue, ou les pratiques illégales de l’administration – refoulements immédiats – à la frontière franco-italienne.

Aussi, nous avons souhaité réunir des personnalités qui, de par leurs expériences respectives et domaines d’activités (juridique, médical, associatif, politique), nous permettront d’acquérir une meilleure compréhension de l’ensemble des enjeux que sont ceux de l’accueil des MIE, afin d’y répondre de manière plus digne à l’avenir.

Présentation des intervenantes :

– Me Marion Ogier : Avocate à la Cour et membre de la Ligue des Droits de l’Homme (LDH). En raison de ses expériences en cabinets d’avocats au Conseil d’Etat et à la Cour de Cassation ainsi qu’en sa qualité d’avocate inscrite à la commission d’office en matière de droit des étrangers, son expertise juridique nous sera précieuse, notamment concernant la question de la détermination de l’âge.

– Sarah Emery : Actuellement responsable du pôle pour les Mineurs non accompagnés (MNA) pour l’association Paris d’exil, elle a également été permanencière juridique pour l’association ADJIE (Accompagnement et Défense des Jeunes Isolés Étrangers – antenne du Gisti) ainsi qu’au centre ouvert à Pantin par Médecin Sans Frontière, en décembre 2017.

– Audrey Gittinger : Infirmière clinicienne, responsable de l’accueil et du parcours soins au centre Françoise Minkowska (centre de consultation de psychiatrie transculturelle), elle est aussi chargée d’un cours magistral “Parcours de soins et trajectoire migratoire” dans le cadre du diplôme universitaire de Paris 5 – Santé, maladie, soins et compétence culturelle. Son intervention sera l’occasion de mieux appréhender la réalité du terrain sur le plan médico-social et de discuter les idées reçues concernant les jeunes mineurs non accompagnés.

—————————————————————-
Où ? Centre Sorbonne, Amphithéâtre Oury-Gestion
(entrée 12/14 rue Cujas)
Quand ? Mercredi 24 octobre
Quelle heure ? 20H